Maya, café bio, café corsé, que j’aime ton côté boisé !

Après son baccalauréat, Inès pensait trouver le nirvana.
Mais avec son seul livret A, elle se trouva dans l’embarras.
Alors, elle alla au Guatemala à la recherche des mayas.
C’est là qu’elle pensait trouver le meilleur caoua.

Elle s’imaginait danser la samba et la carioca
Elle se voyait au milieu des bégonias avec son angora
En fait, elle tomba sur une guérilla, entre mafia et soldats
Bref, c’était la cata !

Un jour, elle rencontra une vieille babaïaga
Elle lui murmura la légende de la reine de Saba
Et son amour pour le chocolat
Inès insista : “Je veux du robusta et de l’arabica !

Elle alla au pied d’un grand sequoia
Elle sorti son ocarina et sa tente quechua
Là, à l’abri du froid, en pyjama, elle chanta :

Café, corsé, que j’aime ton côté boisé !
Racé, doré, tu donnes envie de voyager!

“Ola ! Chica ! Quel charabia !” lui dit un homme
C’était un Maya. Un vrai de là-bas.
“Arrête ton blabla, fais une pause mocha
“Pas mocha ! Je veux du caoua.”

“Autant pour moi. Viens à la casa.
Je te donnerai du maya. C’est bio et fait pour les rois
“Et quel goût ça a ? Ça met en émoi ?”
“Aïe caramba ! Avec le cèdre et la réglisse, ça ne s’oublie pas !

“Alléluia ! C’est fini les tracas !

Bon maintenant, je m’occupe du repas”

😉

Articles similaires

Facebookmail