Voyage au Cameroun : à la rencontre d’un producteur d’Arabica !

Crédits Photo : La Maison du Bon Café

A La Maison du Bon Café, le café n’est pas qu’une histoire de famille, c’est un travail de tous les instants qui demande une approche qualitative et passionnée ! Afin de mieux connaître ses produits, chaque année, La Maison du Bon Café voyage à la recherche de ses futurs partenaires : les producteurs de café.

Le café mérite qu’on y prête une attention toute particulière, et ce qui en fait la qualité débute très tôt dans la chaîne de production. Aujourd’hui, on vous emmène à la rencontre d’un producteur de café situé au Cameroun.

La production caféière au Cameroun

Le Cameroun a la particularité d’avoir un climat idéal pour la production d’Arabica, et avec le Mont Oku, une altitude suffisamment haute (jusqu’à 3000 m), pour permettre l’épanouissement de cette variété délicate. Le climat tropical et humide du Cameroun, est propice à la maturation des cerises d’Arabica, notamment lorsque les plantations sont installées en altitude.
L’Arabica a été longtemps délaissé dans le pays, au profit de la production de Robusta (jusqu’à 100 000 tonnes produites par an au Cameroun) plus facile à cultiver. Un tournant a été pris dans la dernière décennie et a permis de revenir à la production d’Arabica.

La rencontre avec Frères du Noun, producteur de café

La Maison du Bon Café est partie à la rencontre de la ferme indépendante Frères du Noun, produisant exclusivement de l’Arabica.
Son propriétaire a racheté il y a 10 ans cette plantation caféière originellement appelée “Petpenoun”, qui signifie Frères du Noun. Le Noun est un affluent du Mbam, cours d’eau rejoint par la rivière Monoun. L’exploitation se cache dans la région de Bafoussam à plusieurs heures de route de l’aéroport.

La ferme Frères du Noun est organisée en 21 blocs de 3 hectares. Un passage entre chaque bloc a été aménagé spécialement pour circuler à pied, permettant ainsi d’apporter une attention toute particulière à l’entretien des arbres.
Ce ne sont pas moins de 108 000 caféiers qui s’épanouissent dans cette magnifique exploitation verdoyante. La variété d’Arabica choisie est un arbre que l’on nomme Java, cépage reconnu et réputé pour ses qualités aromatiques.

Cerises de café, variété Java
Cerises de café de la variété Java. Crédits Photo : La Maison du Bon Café

Le label Agriculture raisonnée

La ferme a obtenue le label agriculture raisonnée dont les critères sont la biodiversité, l’utilisation d’un minimum de pesticides et la méthode de la pluriculture. Cette méthode consiste à faire cohabiter plusieurs variétés de plantes.
La plantation de Frères du Noun est notamment organisée avec 1 arbre d’ombrage pour 4 caféiers. Les arbres d’ombrage garantissent le ralentissement de la maturation du fruit. Ces arbres sont essentiels car sans eux, la chaleur et les conditions climatiques pourraient accélérer la maturation de la cerise et endommager tout l’aspect aromatique du café.

Charly Reynaud, Responsable Commercial raconte que : “Les arbres d’ombrage et les caféiers perdent régulièrement leurs feuilles et créent un compost qui permet d’enrichir le sol naturellement. Cette méthode permet à la ferme de ne jamais utiliser d’engrais ou tout autre produit chimique pour nourrir les plantes.”
C’est notamment cette approche éthique et méticuleuse que La Maison du Bon Café recherche chez ses partenaires producteurs de café.

cueillette à la main
Cueillette à la main des cerises mûres de café. Crédits Photo : La Maison du Bon Café

Ce qui fait la différence

La première sélection cueillie à la main et la production de mono-cépage sont un gage de maîtrise et de qualité du produit final. Toute la production de la récolte des cerises jusqu’à leur traitement se fait sur place et c’est ce qui a séduit La Maison du Bon Café chez ce producteur Camerounais. Le traitement des cerises se fait par voie humide. Géré de A à Z, on nomme ce procédé FULLY WASHED ce qui correspond à un critère de grande qualité.

séchage du café sur lit africain avec daniel reynaud
Daniel Reynaud, PDG de La Maison du Bon Café devant le système de séchage du grain. Crédits Photo : La Maison du Bon Café

Audrey Reynaud, directrice marketing et communication ajoute “Au delà du grand soin apporté à la culture du café dans cette ferme, les moyens humains déployés pour faire un travail de qualité sans infrastructures et l’énergie mise en oeuvre pour développer le savoir-faire, ont été un point marquant de ce voyage au Cameroun”.

La Maison du Bon Café tient à mettre un visage sur le café qu’elle torréfie, et c’est grâce à ses nombreux voyages et ses rencontres qu’elle garantit la qualité de son café et perpétue la tradition familiale !

Articles similaires

Facebookmail